Archives de catégorie Santé

La position latérale de sécurité de A à Z

Lorsqu’on est face à une personne inconsciente, il y a des gestes à faire en premier pour limiter les risques de coma ou de mort par étouffement. Le geste à effectuer dans ce genre de cas est la mise en position latérale de sécurité de la victime. Si ce terme est très courant dans la vie de tous les jours, tout le monde ne peut pas se vanter de savoir le faire correctement. En effet, il existe une technique bien précise pour réaliser ce geste de secours. Il ne doit pas être fait de n’importe quelle manière car une vie pourrait en dépendre. Ainsi, ce petit guide s’adresse au personne qui ne connaissent pas les gestes de premiers secours.

Qu’est-ce que la position latérale de sécurité

Par définition, la position latérale de sécurité est un geste de secours à exécuter sur une personne couchée sur le dos et qui est inconsciente. La PLS consiste à mettre la personne sur le côté, la bouche ouverte et la tête en arrière. Ceci afin d’ouvrir les voies respiratoires supérieures. En effet, si une personne est inconsciente est qu’elle est couchée sur le dos mais qu’elle respire, sa langue peut boucher ses voies respiratoires. Cette position risque donc d’étouffer la personne.
La position latérale de sécurité doit être donc faite si la personne est inconsciente mais ne nécessite pas d’intervention pour une respiration artificielle à savoir la bouche-à-bouche. Aussi, elle doit être exécuter si la victime ne fait pas un arrêt cardiaque donc ne nécessite pas de massage cardiaque.

Pourquoi mettre une personne en position latérale de sécurité

Lors d’un accident, il est toujours important de vérifier certains paramètres avant toutes interventions. Mêmes si ces dernières doivent se faire en urgence, il est important de ne pas se précipiter. En ayant constaté qu’une personne est inconsciente mais qu’elle respire, il faut le mettre en position latérale de sécurité. Mais avant de toucher ou de faire bouger une victime, les points suivants sont d’abord à voir :
• Vérifier s’il y a un traumatisme quelconque
• Vérifier le pouls du blessé
• Vérifier si la personne respire
Si ces trois cas sont vérifiés, la victime peut être mise en position latérale de sécurité.
L’avantage de ce geste est multiple. En effet, il permet de :
• Dégager les voies respiratoires de la victime
• Eviter que le victime s’étouffe avec sa langue ou son vomis
Si toutes ces conditions sont réunies et que la victime est bien positionnée en PLS, l’attente des secours peuvent se passer sans risques majeurs pour la vie de la victime.

La technique pour bien exécuter la position latérale de sécurité

Mettre une personne en position latérale de sécurité peut être facile au premier abord. En réalité, cela nécessite de connaitre quelques bonnes techniques. D’abord, avant de mettre une personne blessé en position latérale de sécurité, il faut dégager les voies respiratoires et cela nécessite la connaissances de quelques techniques :
• Desserrer tout ce qui peut entraver la respiration (cravate, col, ceinture…)
• Faire basculer doucement la tête de la victime en arrière tout en posant une main sur son front tout en mettant les extrémités des doigts sur le bout du menton pour le soulever. Ce geste va permettre de décoller la langue du fond de la gorge et libérer ainsi les voies respiratoires
• Vérifier que la victime respire
Une fois que les voies respiratoires sont dégagées, on peut mettre la victime en position latérale de sécurité. Pour cela :
• Placer le bras de la victime coté retournement à un angle droit avec la paume vers haut,
• Prendre l’autre bras et placer le dos de la main contre son oreille,
• Plaquer la paume de votre main à sa main qui est sous son oreille,
• Avec l’autre main, attraper la jambe opposée derrière le genou et relever la jambe en s’assurant que le pied touche le sol,
• Faire rouler doucement la victime en tirant sur sa jambe jusqu’à ce que son genou touche le sol de l’autre côté,
• Faire en sorte que la hanche et la jambe forme un angle droit,
• Enfin, ouvrir la bouche de la victime tout en maintenant sa tête immobile afin de laisser sortir tout liquide qui pourrait obstruer la respiration.
Il s’avère qu’il y a beaucoup de gestes à effectuer et beaucoup de points à vérifier alors que la situation est urgente. Mais tout cela est nécessaire afin de garantir la sécurité de la personne en attendant les secours. D’où l’intérêt de suivre des formations au premiers secours pour pouvoir exécuter tout cela sans stress et le plus rapidement possible.

Les risques à faire bouger une personne inconsciente

Lorsqu’on n’a pas les bases des premiers secours, il y a toujours cette hésitation quant à une intervention pour sauver une vie. En effet, lorsqu’on ne connait pas les circonstances de l’accident, il est difficile de prendre la décision de bouger une personne inconsciente. Or, il n’y a aucun risque à effectuer ces gestes. En effet, cela peut sauver une vie. De plus, une fois que la mise en position latérale de sécurité d’une personne est effectuée, il faut appeler les secours en urgence. Ces personnes peuvent rester disponible au téléphone jusqu’à leur arrivée pour vous aider dans les décisions à prendre concernant la victime.

Les cas particuliers

Il n’est écrit nulle part qu’il faut faire tourner une personne de tel côté ou de l’autre. L’important c’est que la victime soit dans une position allongée sur le côté. Il existe néanmoins quelques cas particuliers.
• Si la victime est enceinte, il faut obligatoirement la mettre en PLS sur le côté gauche
• Si la victime a un traumatisme, la mise en PLS doit se faire sur le côté atteint.
En revanche, la technique est la même si la victime est un nourrisson ou en enfant. Le plus important dans ce type de sauvetage c’est de garder son calme, d’effectuer les bons gestes et d’appeler immédiatement les secours une fois que la position de la victime soit stabilisée.

Un Ehpad, qu’est ce que c’est

L’EHPAD est l’abréviation de l’Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes. En somme, c’est ce que nous appelons maison de retraite. En France, on compte un peu moins de 8 000 EHPAD dont la capacité est comprise entre 50 à 120 lits. La fonction principale de ces établissements est donc l’accueil des personnes âgées de plus de 60 ans qui connaissent une perte d’autonomie et ont besoin d’assistance. Ces personnes âgées sont admises dans les EHPAD en raison d’une infrastructure inadaptée dans leur domicile ou parce qu’elles ont besoin d’assistance médicale.

Comment fonctionne l’EHPAD ?

Etant donné que l’EHPAD est une structure destinée à accueillir des personnes âgées avec des dépendances physiques ou psychiques, il doit comprendre au minimum des chambres pour héberger les personnes âgées, une restauration et une unité médicale pour effectuer les surveillances ainsi que les soins pour ceux qui en ont besoin. En ce qui concerne l’hébergement, l’EHPAD assure plusieurs prestations :
• Un accueil hôtelier : l’établissement met à disposition des chambres avec un minimum de confort (lit, salle de bain, toilettes) pour les occupants. A noter que la plupart des chambres sont pour une personne seulement. Mais il existe des chambres pour deux si les personnes admises sont un couple ou bien s’ils veulent se partager la chambre. Il incombe aux personnels de l’établissement d’assurer la propreté des lieux de vie pendant et après le séjour. Les personnes admises dans l’EHPAD ont aussi le droit d’avoir un espace vert ainsi que l’accès aux téléphones et à internet aux sein de l’établissement.
• Une restauration qui comprend trois repas par jour plus le goûter au minimum.
• Le blanchissage qui consiste à nettoyer les linges de toilettes et les linges plats.
• Une animation en intérieur et en extérieur. Ces animations et sorties se font toujours collectivement.
Ce sont les prestations minimales d’un EHPAD mais il peut aussi en effectuer d’autres à la demande de la famille ou de la personne admise. Ces services en plus sont évidemment facturés hors du tarif des prestations minimales.

Les différents métiers de l’EHPAD

L’EHPAD c’est avant tout une structure médicalisée pour accueillir et veiller aux bien-être des personnes âgées. Dans ce sens, c’est un établissement avec des métiers pluridisciplinaire. Ainsi, la majorité des personnels de l’EHPAD sont des personnes dont le travail tourne autour de la médecine comme le médecin coordinateur, les infirmiers et infirmières, le psychologue, les aides-soignants, le ou la kinésithérapeute. L’animateur ou animatrice n’est pas en reste car son travail est tout aussi important que le personnel médical.
• Le médecin coordinateur va évaluer la demande d’admission d’une personne et vérifier si la structure de l’établissement permet cette admission.
• Après la validation du médecin coordinateur de l’admission d’une personne, les personnels des services de soin vont préparer l’arrivée du futur résident. L’infirmier coordinateur est la personne qui est en contact avec la famille pour donner toutes les informations concernant le résidant.
• Le personnel de rééducation comprend le kinésithérapeute et l’ergothérapeute. Ce dernier est en charge de l’amélioration de l’environnement du résident afin que ce dernier puisse maintenir son autonomie voir l’augmenter. Le kinésithérapeute quant à lui va donner des soins de rééducation et de réadaptation selon les capacités physiques du résident.
• L’animateur sera en charge du programme des activités des résidents. Il faut que ces activités soient variées afin qu’elles soient adaptées aux besoins de chaque résident et du groupe.

Comment faire une admission dans un EHPAD ?

L’admission dans un EHPAD se fait par étude de dossier. En effet, comme dit plus haut, le responsable doit vérifier que la structure de l’EHPAD répond aux besoins de la personne. La personne qui veut être admis doit donc remplir un dossier comprenant un volet médical et un volet administratif. Une fois que le dossier est déposé, le futur résident passe par une visite de pré-admission. Cette visite a pour but de confirmer que l’établissement propose les services demandés par le demandeur. Une fois que tout est vérifié, l’entrée en EHPAD se fait très rapidement.
Dès l’entrée du résident, il doit signer un contrat de séjour qui stipule toutes les conditions de séjour et de facturation. Le contrat doit être signé obligatoirement par le résident ou son représentant légal. Ensuite, un livret d’accueil est donné au résident. Ce livret contient une « charte des droits et de libertés des personnes accueillies » ainsi que le règlement interne de l’établissement.

Combien coûte l’admission dans un EHPAD?

Une admission en EHPAD a un coût et il compte le prix de l’hébergement ainsi que le tarif de dépendance. A titre d’information, la dépendance d’une personne est classée en 6 catégories nommé GIR. Les personnes complètement dépendantes sont classées en Gir 1. Celles qui sont encore autonome physiquement et mentalement sont classées en Gir 6. Ainsi, selon le besoin d’assistance de la personne, le coût de l’admission en EHPAD va variée. A noter que les soins médicaux sont pris en charge par l’assurance maladie donc ils ne doivent pas figurer sur la facture. A savoir également qu’il existe certains soins qui n’entrent pas dans la facture du tarif de soin comme le soin dentaire, les transports sanitaires, les honoraires et prescriptions d’autres médecins spécialistes en dehors de la structure de l’EHPAD.

Quelles sont les aides publiques en EHPAD

L’admission d’une personne en EHPAD fait l’objet d’une aide publique. Ainsi, il existe trois types d’aides applicables à ces personnes à savoir :
• L’aide sociale à l’hébergement
• Les aides au logement qui réduisent le frais d’hébergement du résident une fois que cette aide est appliquée
• L’allocation personnalisée d’autonomie en établissement qui s’applique au tarif de dépendance. Seules les personnes classées en Gir 1, 2, 3 et 4 sont éligibles à ce types d’aide. Ainsi, les personnes qui sont encore complètement autonomes mais qui demandent à être admises en EHPAD ne peuvent pas bénéficier de l’APA en établissement.

Les EHPAD sont donc les meilleures structures existantes pour les ainés qui demandent un soin particulier.

Combien de jour par semaine faut il s’entrainer pour perdre du poids ?

Pour obtenir des résultats durables, il est toujours préférable d’avoir un plan et un objectif précis et personnalisé. Pour cette raison, la fréquence de la formation est déterminée par des facteurs qui varient d’une personne à l’autre.

COMBIEN DE FOIS DEVRIEZ-VOUS VOUS ENTRAÎNER IDÉALEMENT PENDANT LA SEMAINE ?

Le nombre d’entraînements hebdomadaires varie d’une personne à l’autre et dépend également d’autres facteurs physiques et de niveau d’activité. Un autre facteur important est le type d’entraînement : si la natation, le cyclisme, la marche, le jogging intérieur, l’aviron et le cross training intérieur ont pour objectif l’amélioration de la VO2 max (consommation maximale d’oxygène), l’entraînement corporel gratuit ou l’entraînement aux poids ont pour objectif l’augmentation de la masse musculaire. Lors de l’établissement d’un programme de formation personnalisé, tous ces facteurs doivent être pris en considération. se peser avec un pese-personne-impedancemetre.info

COMMENT PERDRE DU POIDS EFFICACEMENT

Si l’objectif est de perdre du poids, il est important de suivre ces principes généraux dans chaque plan d’entraînement ou exercice individuel :

Sortez de vos zones de confort et ne laissez pas votre corps s’habituer à la routine. Modifiez l’intensité, la durée et le volume de vos séances d’entraînement en modifiant la distance, le nombre de répétitions et le numéro de série. La fréquence de vos exercices et les intervalles pendant les activités cardio varient également. Pour rendre vos séances d’entraînement cardio plus efficaces, combinez-les avec un entraînement de force (avec Résultats par exemple).
Inclure une séance d’entraînement spécifique de musculation et de musculation dans votre programme hebdomadaire. Plus vous avez de muscles, plus vous brûlez de calories.
L’entraînement, le repos et la nutrition sont les trois piliers sur lesquels repose la réalisation durable de la condition physique idéale. Tous ces aspects doivent donc être abordés.
Ne manquez jamais un jour de congé ! C’est une règle que tout le monde doit respecter. Il est important de s’assurer de ne pas faire d’activités au moins une journée par semaine.